Affaire Hamzamonbb: Dounia Batma devra payer une caution d’un demi-million de dirhams

La chambre du conseil du tribunal de première instance de Marrakech a débattu de la décision du juge d’instruction concernant la mise en liberté sous caution des sœurs Batma (300.000 DH pour Dounia et 100.000 DH pour Ibtissam), après l’appel interjeté par le parquet.




La chambre du conseil du tribunal de première instance de Marrakech a décidé de revoir à la hausse la caution de Dounia à un demi-million de dirhams et celle de Ibtissam à 300.000 dirhams.

Dounia Batma vient de voir la caution dont elle s’est acquittée dans le cadre de sa mise en liberté relevée à 500.000 dirhams au lieu de 300.000. Sa sœur, elle, devra payer 300.000 DH au lieu de 100.000 DH.

En effet, suite à la décision du procureur d’interjeter appel de la décision du juge d’instruction, la Chambre du Conseil a débattu, ce lundi 06 janvier, de la décision de ce dernier de poursuivre la chanteuse et sa sœur en état de liberté provisoire.

Au moment où le procureur général s’est opposé à cette décision, réclamant une caution de 500.000 DH pour les deux sœurs, ainsi qu’un retrait de leurs passeports, le juge d’instruction, Mohamed Assabiri, a infligé à Dounia Batma et sa sœur Ibtissam des cautions respectives de 300.000 dirhams et 100.000 dirhams.




Ce qui n’a pas été du goût du procureur qui a interjeté appel demandant de prendre en compte sa requête d’interdire aux deux sœurs de quitter le territoire.

Finalement, ses deux requêtes ont été retenues par la Chambre du Conseil qui a également décidé de retirer les passeports des deux sœurs.

À noter, par ailleurs, que le tribunal de première instance de Marrakech a arrêté la date du 10 février pour la première audience des deux sœurs, accusées d’être derrière le scandale de «Hamza mon bb».

Pour rappel, les sœurs Batma sont accusées d’avoir participé à l’accès frauduleux au système de traitement informatique des données et à la diffusion d’images et déclarations d’autrui sans consentement des personnes concernées, dans le but de nuire ou de diffamer.

Elles administraient anonymement à travers les deux comptes Hamzamonbb sur Instagram et Snapchat.




À lire aussi: